PRESS REVIEWS

Their feelings about....

 

"NOACHIS TERRA"  mai 2021

Jazz & Mo  (MVdW)

The title of the album refers to an area on the planet mars. Noah means rest in hebrew, and you can also find it on this disk.On his ninth album L'Hoir pays off not only as a musician but also as an excellent composer . You cannot catalog the music under the name of jazz, but rather go out to images, classical harmonious tunes. Much could serve as movie music . Classical work on these instruments meets 21srt century material and electronics, and blends into art that is itself hybrid. Yet the work feels very homogeneous. This is an album with beautifully composed and performed music, exciting and fascinating by balance. We were charmed. (MVdW)

 

Jan Buddenberg    DPRP.net


Some albums have 'movietheme-park soundtrack' appeal written all over them and Noachis Terra, referring to an outstretched continent on the southern hemisphere of Mars, falls predominantly into such a category. Bernard L'Hoir (composer, orchestrations and keyboards) intention is to musically illustrate the wonders of our solar system. The result has become a beautiful painting of elegant compositions, magnificently floating on immaculately-arranged streams of classical (chamber) music, new age and ambient, dripping with expressive sunflower beds of conveying melodies.
We set sail in the scenic opener Noachis Terra, as flute and violins dance intricately alongside classical piano play while epic orchestrations project a 'Pirate Of The Caribbean' atmosphere. It glides across smooth craters of sensitive flute enchantments (Dark Ages), into soft classical fairytale tidings with Disney overture allure (The Last Call). Or restfully floats on majestically generated Orinoco flows that graciously touch upon Enya as the beautiful voice of Valentine Uytterhoeven adds wordless vocals in Slap Happy.
The sombre and delicate menace of the classically inspired Stress levitates lusciously on ethereal vocals, which in Fear Of Infinity takes a mountainous Vangelis flight as it glides through views of gothic expressions that softly land on sophisticated Philip Glass minimalism. And while soft percussion and glamorous piano alongside enchanting orchestrations bring feelings of security in In The Middle Of Nowhere, Superstition reaches an oriental state as percussive brushstrokes and sparkling violin and piano create uplifting valleys of depth.
The evocative classical music magically fits with the artistic autumnal design of the cover, which is most suitably illustrated by the grandiose cello and poignant violin partitions delineated in A Real Story.
Perception on its turn brings a subtle Spanish feel while xylophone and sensitive bass brings exotic atmospheres. Earthly African vibes, lively castagnettes and jazz-orientated piano brings a final energising statement in A Day In Mattheo's Life.
Thanks to the cooperation of a handful of gifted musicians, L'Hoir has managed to realise a beautifully variegated and creative album, entertaining throughout and with a wonderfully crafted depth that on occasion ignites shining memories of Residuos Mentales's Introspection.
A fine achievement and definitely worth listening toexploring for fans of the references mentioned within this review.

 

Musicinbelgium.net Philippe Thirionnet

".......un opus proposant une fusion entre la musique classique et la musique créatrice d’images mais également…une fusion entre les instruments du 19ème siècle et ceux d’aujourd’hui ! Au premier abord l’on découvre une musique proche du néo-classique voir du classique au travers de la plage titulaire

Ajoutons à cela le chant et un développement sonique vers la musique symphonique tout en gardant un fond classique, comme pour cet autre extrait où, chant musique s’assemblent pour aussi imprimer une coloration lyrique

En précisant également que la musique médiévale ou musique classique des siècles passés selon, fait également son apparition au sein d’un voyage initiatique où, domine le classique et le néo-classique et bien sûr le beau des instruments sans oublier des passages où l’on sent plus de modernité

Idéal pour tout mélomane qui se respecte mais aussi, pour tous ceux qui veulent découvrir le néo-classique sous une forme plutôt mélodique et fluide mais également, une musique parfois plus exotique grâce aux sons des percussions qui apportent encore plus de couleurs chatoyantes à une base classique voir lyrique comme pour la dernière composition de l’opus

En tout cas le contenu musical est des plus homogènes dans le sens où, les transitions entre les différents styles ou courants musicaux se font avec douceur et donc sans à-coup offrant ainsi à l’auditeur, un chouette voyage à travers le temps et les époques mais aussi un beau tableau construit par des sons et des accords subtiles les uns autant que les autres ! Une ode aux instruments une nouvelle fois !"

Moors Magazine

Toen ik een stukje schreef over het album She’s van Bernard L’Hoir vond ik het al lastig om zijn muziek te omschrijven, want door de mix van klassiek en soundtrack-achtige muziek kwam ik uit bij filmmuziek zonder film. De pianist en componist klinkt op zijn negende album Noachis Terra nog steeds even ongrijpbaar, en hij doet soms denken aan klassieke kamermuziek, maar ook aan Mike Oldfield of Michael Nyman, of zelfs Ennio Morricone op zijn best (in The Mission bijvoorbeeld).

Valentine Uytterhoeven en Philippe Lenaerts zingen, Juan Carlos Mellado speelt gitaar, Osvaldo Hernandez percussie en Olivier Habran hobo. En dan zijn er nog violist Laurence Genevois en cellist Raphaël Meulemans op een paar tracks en fluitist Line Adam, ook op vier tracks te horen. Dat gevarieerde gezelschap is verantwoordelijk, samen met pianist Bernard L’Hoir zelf (die ook de arrangementen schreef), voor het adembenemend mooie resultaat.

Want daar leidt deze lange inleiding feitelijk naartoe – hoe je de muziek ook omschrijft en in welk hokje je het ook wil plaatsen, welk etiket je het ook maar mag geven, waar het op neerkomt is dat dit eenvoudigweg bloedmooie muziek is. Met verstilde momenten, met melancholie en warmte, met passie. Je houdt je adem in en je geeft je over. Inderdaad. Adembenemend mooi.

About "SHE'S...."  April 2015

Le Batteur Magazine – Marc Rouvré


“Outstanding Belgian pianist, Bernard L’hoir signs a highly personal album with „She’s“.

Well surrounded by a top-notch team, the composer does not lock himself into a style, but makes us travel and discover his imaginary soundscapes. The groove, or rather the ‘pulse’, underlies the eleven tracks, without letting the music fall into repetition, however impeccable it may be.

Alternating between acoustic piano and various keyboards, BL rather plays on the colors, the atmospheres, perfectly highlighting the instruments’ timbres which punctuate the musical speech (guitar, with the excellent Juan.., accordion with R, also excellent, to cite only those two).

The sticks are held by a master’s hand, Teun V, who shows, if it was still necessary, that Flemish drummers are serious clients! Finally, we will salute the sound work (recording, mixing, mastering), simply superb.
 


Lemonde.Fr (Blog Le-Monde-En-Musiques)


“Here is a wonderful discovery: the universe of Bernard L’hoir, pianist and composer, who creates, surrounded by a remarkable group of musicians, an absolutely singular universe, of an unclassifiable genre. This is excellent music, simply, neither jazz, nor classical, nor world, and if we needed to state names this artist should be assembled with Ludovico Einaudi or Keith Jarrett, not in piano solo but in instrumental formation: creating his own musical world, this is Bernard L’hoir’s music, simply.

The artist is accompanied by the excellent Juan Carlos Mellado Tejon, guitarist trained in classical music and recipient of numerous prizes, as well as the subtle accordionist Raquel Gigot, who accompany him in this intensely poetic voyage. “A classy blues” evokes a symphonic work, by its power and lyricism; whilst listening to it vast horizons open… “Oscar’s Naïad”, full of creativity and inventions, invokes choirs which add a touch of mystery… “Lunatic” convokes electronic music, but as a touch, not as the body, for example to make us hear clouds… And the album carries us thus from one surprise to another…

The album was mixed at Real World Studios, in England, created by Peter Gabriel, which is also a mark of musical quality. A beautiful nugget, full of discretion and nuances…”

Coup De Coeur – Babel Med – Nadia Khouri-Dagher
BERNARD L’HOIR, She’s – Homerecords (Belgique)


Une formidable découverte, ce mois-ci : l’univers de Bernard L’hoir, pianiste et compositeur, qui crée, entouré d’un groupe de musiciens remarquables, un univers tout à fait singulier, au genre inclassable. C’est de l’excellente musique, tout simplement, ni jazz, ni classique, ni world, et s’il fallait évoquer des noms l’artiste serait à rapprocher de Ludovico Einaudi ou Keith Jarrett, non en piano solo mais en formation instrumentale : créant un monde musical propre, c’est la musique de Bernard Lhoir, simplement.

L’artiste est ici accompagné de l’excellent Juan Carlos Mellado Tejon, guitariste formé au classique et titulaire de nombreux prix, ou encore de la subtile accordonéiste Raquel Gigot, qui l’accompagnent dans ce voyage intensément poétique. «A classy blue» évoque une oeuvre symphonique, par sa puissance et son lyrisme : son écoute ouvre sur des horizons vastes… «Oscar’s Naïad», tout en inventivité et créativité, invoque des choeurs qui apportent une touche de mystère… «Lunatic» convoque les musiques électroniques, mais comme une touche, non comme un corps, par exemple pour nous faire entendre des nuages…. Et le disque nous transporte ainsi de surprise en surprise…

L’album a été mixé aux Real World Studios, en Angleterre, créés par Peter Gabriel, ce qui est aussi un gage de qualité musicale. Une belle pépite, toute en discrétion et nuances…

 



Music In Belgium – Philippe Thirionnet


Pianiste virtuose dont je vous ai parlé dans le cadre du Home Records Festival 2017 qui s’est récemment déroulé à la Cité Miroir à Liège (deux articles relatent d’ailleurs l’évènement), Bernard L’Hoir a eu l’immense chance de pouvoir enregistrer au célèbre Real World Studios du non moins célèbre Peter Gabriel. Une aubaine pour tout musicien qui se respecte, l’occasion de travailler dans des conditions d’enregistrement et de mixage hors-normes. Bernard L’Hoir (composition, piano et claviers) est ici accompagné de Juan Carlos Mellodo Tejon (guitares électrique et acoustique, basse), ce dernier jouant en improvisation pure !

Assisté aussi d’autres comparses pour la batterie, l’accordéon ou le chant, Bernard L’Hoir nous embarque dans un univers à la fois classique, orientale et hispanique. Piano et guitare acoustique construisent ensembles et en parfaite symbiose un récital qui traduit à la fois un univers lyrique et un univers coloré des traditions méditerranéennes. Bénéficiant évidemment d’un matériel studio performant, le captage des accords et des arpèges de chaque instrument est à la hauteur de la qualité des compositions écrites par le pianiste.

On retrouve la même finesse de jeu que lors du festival précité, avec en plus le son de l’accordéon et du hautbois qui introduisent une ambiance propre aux vieux films, au jazz et à certaines traditions. Des traditions et des cultures qui à travers les arpèges délicats de la guitare, démontrent un touché remarquable de l’artiste qui accompagne le maitre d’œuvre. Tout au long de l’album, la musique classique côtoie diverses musiques traditionnelles proposant un niveau technique de grande valeur, sans oublier la présence de très beaux chœurs et même d’une guitare électrique.

Mais s’arrêter au classique et au traditionnel serait fortement réducteur, car on ressent aussi à travers certaines compositions un vent de progressif, d’atmosphérique ou d’ambient. En effet des sons de claviers et d’orgues ainsi que des sonorités électroniques, soufflent un vent d’avant-garde à croire qu’il y a eu une influence du studio et surtout de son concepteur (l’ange Gabriel ayant toujours été un précurseur musical) !

Le label Home Records a su capturer un opus où, de très beaux instruments sont sublimés par le biais du talent de grands musiciens. Donc celui qui apprécie la belle musique et les développés à la fois mélodiques et techniques, trouvera certainement son compte au sein de cette très belle réalisation qui date déjà de 2015.

Batteur Magazine - Marc Rouvé

Pianiste belge de premier plan, Bernard L'Hoir signe un album très personnel avec "She's...". Bien entouré par une équipe de haut vol, le compositeur ne s'enferme pas dans un style, mais nous fait voyager à la découverte de ses territoires sonores imaginaires. Le groove, ou plutôt le "pulse", sous-tend en permanence les onze titres, sans jamais que la musique ne se résume à une "tournerie", aussi implacable fût-elle. Alternant entre piano acoustique et divers claviers, Bernard L'Hoir joue plutôt sur les couleurs, les ambiances, en mettant parfaitement en valeur les timbres des instruments qui ponctuent le discours musical (guitare, avec l'excellent Juan Carlos Mellado Tejon, accordéon avec Raquel Gigot, elle aussi excellente, pour ne citer que ces deux-là). Les baguettes sont tenues de mains de maître par Teun Verbruggen, qui montre s'il en était besoin, que les batteurs sont des sérieux clients! Enfin, on saluera le travail du son (enregistrement, mixage et mastering) par Flavio Marredda, tout simplement superbe.