PRESS REVIEWS

Le Batteur Magazine – Marc Rouvré


“Outstanding Belgian pianist, Bernard L’hoir signs a highly personal album with „She’s“.

Well surrounded by a top-notch team, the composer does not lock himself into a style, but makes us travel and discover his imaginary soundscapes. The groove, or rather the ‘pulse’, underlies the eleven tracks, without letting the music fall into repetition, however impeccable it may be.

Alternating between acoustic piano and various keyboards, BL rather plays on the colors, the atmospheres, perfectly highlighting the instruments’ timbres which punctuate the musical speech (guitar, with the excellent Juan.., accordion with R, also excellent, to cite only those two).

The sticks are held by a master’s hand, Teun V, who shows, if it was still necessary, that Flemish drummers are serious clients! Finally, we will salute the sound work (recording, mixing, mastering), simply superb.

 


Lemonde.Fr (Blog Le-Monde-En-Musiques)


“Here is a wonderful discovery: the universe of Bernard L’hoir, pianist and composer, who creates, surrounded by a remarkable group of musicians, an absolutely singular universe, of an unclassifiable genre. This is excellent music, simply, neither jazz, nor classical, nor world, and if we needed to state names this artist should be assembled with Ludovico Einaudi or Keith Jarrett, not in piano solo but in instrumental formation: creating his own musical world, this is Bernard L’hoir’s music, simply.

The artist is accompanied by the excellent Juan Carlos Mellado Tejon, guitarist trained in classical music and recipient of numerous prizes, as well as the subtle accordionist Raquel Gigot, who accompany him in this intensely poetic voyage. “A classy blues” evokes a symphonic work, by its power and lyricism; whilst listening to it vast horizons open… “Oscar’s Naïad”, full of creativity and inventions, invokes choirs which add a touch of mystery… “Lunatic” convokes electronic music, but as a touch, not as the body, for example to make us hear clouds… And the album carries us thus from one surprise to another…

The album was mixed at Real World Studios, in England, created by Peter Gabriel, which is also a mark of musical quality. A beautiful nugget, full of discretion and nuances…”

Coup De Coeur – Babel Med – Nadia Khouri-Dagher
BERNARD L’HOIR, She’s – Homerecords (Belgique)


Une formidable découverte, ce mois-ci : l’univers de Bernard L’hoir, pianiste et compositeur, qui crée, entouré d’un groupe de musiciens remarquables, un univers tout à fait singulier, au genre inclassable. C’est de l’excellente musique, tout simplement, ni jazz, ni classique, ni world, et s’il fallait évoquer des noms l’artiste serait à rapprocher de Ludovico Einaudi ou Keith Jarrett, non en piano solo mais en formation instrumentale : créant un monde musical propre, c’est la musique de Bernard Lhoir, simplement.

L’artiste est ici accompagné de l’excellent Juan Carlos Mellado Tejon, guitariste formé au classique et titulaire de nombreux prix, ou encore de la subtile accordonéiste Raquel Gigot, qui l’accompagnent dans ce voyage intensément poétique. «A classy blue» évoque une oeuvre symphonique, par sa puissance et son lyrisme : son écoute ouvre sur des horizons vastes… «Oscar’s Naïad», tout en inventivité et créativité, invoque des choeurs qui apportent une touche de mystère… «Lunatic» convoque les musiques électroniques, mais comme une touche, non comme un corps, par exemple pour nous faire entendre des nuages…. Et le disque nous transporte ainsi de surprise en surprise…

L’album a été mixé aux Real World Studios, en Angleterre, créés par Peter Gabriel, ce qui est aussi un gage de qualité musicale. Une belle pépite, toute en discrétion et nuances…

 


Lemonde.Fr (Blog Le-Monde-En-Musiques)
BERNARD L’HOIR, She’s – Homerecords (Belgique)


Une formidable découverte, ce mois-ci : l’univers de Bernard L’hoir, pianiste et compositeur, qui crée, entouré d’un groupe de musiciens remarquables, un univers tout à fait singulier, au genre inclassable. C’est de l’excellente musique, tout simplement, ni jazz, ni classique, ni world, et s’il fallait évoquer des noms l’artiste serait à rapprocher de Ludovico Einaudi ou Keith Jarrett, non en piano solo mais en formation instrumentale : créant un monde musical propre, c’est la musique de Bernard Lhoir, simplement.

L’artiste est ici accompagné de l’excellent Juan Carlos Mellado Tejon, guitariste formé au classique et titulaire de nombreux prix, ou encore de la subtile accordonéiste Raquel Gigot, qui l’accompagnent dans ce voyage intensément poétique. «A classy blue» évoque une oeuvre symphonique, par sa puissance et son lyrisme : son écoute ouvre sur des horizons vastes… «Oscar’s Naïad», tout en inventivité et créativité, invoque des choeurs qui apportent une touche de mystère… «Lunatic» convoque les musiques électroniques, mais comme une touche, non comme un corps, par exemple pour nous faire entendre des nuages…. Et le disque nous transporte ainsi de surprise en surprise…

L’album a été mixé aux Real World Studios, en Angleterre, créés par Peter Gabriel, ce qui est aussi un gage de qualité musicale. Une belle pépite, toute en discrétion et nuances…

 


Music In Belgium – Philippe Thirionnet


Pianiste virtuose dont je vous ai parlé dans le cadre du Home Records Festival 2017 qui s’est récemment déroulé à la Cité Miroir à Liège (deux articles relatent d’ailleurs l’évènement), Bernard L’Hoir a eu l’immense chance de pouvoir enregistrer au célèbre Real World Studios du non moins célèbre Peter Gabriel. Une aubaine pour tout musicien qui se respecte, l’occasion de travailler dans des conditions d’enregistrement et de mixage hors-normes. Bernard L’Hoir (composition, piano et claviers) est ici accompagné de Juan Carlos Mellodo Tejon (guitares électrique et acoustique, basse), ce dernier jouant en improvisation pure !

Assisté aussi d’autres comparses pour la batterie, l’accordéon ou le chant, Bernard L’Hoir nous embarque dans un univers à la fois classique, orientale et hispanique. Piano et guitare acoustique construisent ensembles et en parfaite symbiose un récital qui traduit à la fois un univers lyrique et un univers coloré des traditions méditerranéennes. Bénéficiant évidemment d’un matériel studio performant, le captage des accords et des arpèges de chaque instrument est à la hauteur de la qualité des compositions écrites par le pianiste.

On retrouve la même finesse de jeu que lors du festival précité, avec en plus le son de l’accordéon et du hautbois qui introduisent une ambiance propre aux vieux films, au jazz et à certaines traditions. Des traditions et des cultures qui à travers les arpèges délicats de la guitare, démontrent un touché remarquable de l’artiste qui accompagne le maitre d’œuvre. Tout au long de l’album, la musique classique côtoie diverses musiques traditionnelles proposant un niveau technique de grande valeur, sans oublier la présence de très beaux chœurs et même d’une guitare électrique.

Mais s’arrêter au classique et au traditionnel serait fortement réducteur, car on ressent aussi à travers certaines compositions un vent de progressif, d’atmosphérique ou d’ambient. En effet des sons de claviers et d’orgues ainsi que des sonorités électroniques, soufflent un vent d’avant-garde à croire qu’il y a eu une influence du studio et surtout de son concepteur (l’ange Gabriel ayant toujours été un précurseur musical) !

Le label Home Records a su capturer un opus où, de très beaux instruments sont sublimés par le biais du talent de grands musiciens. Donc celui qui apprécie la belle musique et les développés à la fois mélodiques et techniques, trouvera certainement son compte au sein de cette très belle réalisation qui date déjà de 2015.

Batteur Magazine - Marc Rouvé

Pianiste belge de premier plan, Bernard L'Hoir signe un album très personnel avec "She's...". Bien entouré par une équipe de haut vol, le compositeur ne s'enferme pas dans un style, mais nous fait voyager à la découverte de ses territoires sonores imaginaires. Le groove, ou plutôt le "pulse", sous-tend en permanence les onze titres, sans jamais que la musique ne se résume à une "tournerie", aussi implacable fût-elle. Alternant entre piano acoustique et divers claviers, Bernard L'Hoir joue plutôt sur les couleurs, les ambiances, en mettant parfaitement en valeur les timbres des instruments qui ponctuent le discours musical (guitare, avec l'excellent Juan Carlos Mellado Tejon, accordéon avec Raquel Gigot, elle aussi excellente, pour ne citer que ces deux-là). Les baguettes sont tenues de mains de maître par Teun Verbruggen, qui montre s'il en était besoin, que les batteurs sont des sérieux clients! Enfin, on saluera le travail du son (enregistrement, mixage et mastering) par Flavio Marredda, tout simplement superbe.